Actualités des crédits immo
Taux des crédits immobiliers
taux fixe immobiliers hors assurance
7 ans 2.43 %
10 ans 2.84 %
15 ans 3.10 %
20 ans 3.30 %
25 ans 3.50 %
30 ans 4.00 %

Taux variables

Lors de la souscription d’un crédit immobilier, événement important lors de l’achat d’un bien, il apparaît tout à fait essentiel de choisir au mieux la nature du taux d’intérêt souhaité, un taux variable, également qualifié parfois de révisable, pouvant s’avérer être, selon le cas, plus judicieux qu’un taux fixe.

Réévalué de façon périodique, le taux variable suit l’évolution de son indice de référence, renseigné dans le contrat et généralement représenté par l’EURIBOR, correspondant lui-même au taux d’intérêt auquel les banques se prêtent de l’argent entre elles sur le marché des monnaies, augmenté de 1 % à 3 %, en fonction des offres distribuées ainsi que de la qualité du dossier présenté par l’emprunteur, cette majoration tendant à diminuer lorsqu’un maximum de garanties est apporté.

Les avantages présentés résident, tout d’abord, dans le taux d’intérêt de départ plus faible que celui affiché dans le cadre des formules à taux fixe et dans le fait également de pouvoir bénéficier des baisses de taux d’intérêt susceptibles de se produire tout au long de cet emprunt, réduisant alors d’autant le montant des mensualités.

A l’inverse, si les taux d’intérêt viennent à augmenter dans des proportions trop importantes, le taux variable d’un crédit immobilier peut être transformé en taux fixe, tandis que le capital restant dû peut également être remboursé par anticipation, sans que la moindre indemnité ne soit appliquée.

L’inconvénient majeur des taux variables reste, quoi qu’il en soit, une trop forte hausse des taux d’intérêt, risquant d’entraîner l’emprunteur dans une situation d’endettement, si celui-ci se trouve dans l’incapacité de faire face à des échéances devenues beaucoup trop importantes.

Ces conséquences peuvent toutefois être évitées dans la mesure où des taux variables capés ont aussi été mis en place, ceux-ci permettant alors de profiter d’une baisse des taux d’intérêt illimitée, et de ne subir leur hausse que dans une certaine limite, déterminée justement par un cap, qui donne d’ailleurs son nom à ce type de formules, et qui s’établit généralement entre 1 % et 3 %, selon l’offre proposée. Les taux d’intérêt de départ sont, en revanche, ici, en principe, plus élevés, de 1 % environ, que ceux des taux variables non couverts, en échange cependant d’une plus grande sécurité.

Chaque établissement bancaire développe également, à présent, ses propres produits et met ainsi en place de nouveaux systèmes de garantie toujours plus performants permettant à chaque emprunteur de trouver la solution idéale, parfaitement adaptée à ses propres besoins.

Si les crédits immobiliers à taux variable sont, plus souvent, conseillés pour les emprunts à court terme, l’évolution des taux d’intérêt étant plus facile à prévoir dans ces circonstances, les nouvelles dispositions dont ils font l’objet leur permettent de s’ouvrir à un plus large public du fait de la mise en place de ces mesures limitant largement les risques.

Il convient donc désormais, devant la grande diversité des produits proposés en matière de crédit immobilier, de bien étudier chacune de leurs caractéristiques tant au niveau de la nature des taux d’intérêt, qu’à celui des frais de dossier, ou encore des indemnités de remboursement anticipé, afin de s’assurer de faire le bon choix.