Actualités des crédits immo
Taux des crédits immobiliers
taux fixe immobiliers hors assurance
7 ans 2.43 %
10 ans 2.84 %
15 ans 3.10 %
20 ans 3.30 %
25 ans 3.50 %
30 ans 4.00 %

Indemnités de remboursement anticipé

Avantageux, le remboursement anticipé permet à l’emprunteur, de réaliser des économies substantielles. Ceci est d’autant plus vrai que le taux d’intérêt de l’emprunt concerné est important, que sa durée de remboursement est encore longue, et que le taux d’inflation est faible par rapport au coût de celui-ci. Mais, liés à plusieurs types de frais annexes, les crédits immobiliers peuvent présenter, le cas échéant, en plus des frais de dossier et des frais d’assurance décès invalidité et chômage, des indemnités de remboursement anticipé.

En effet, de nombreux événements, dépendant ou non de la volonté de l’accédant à la propriété, peuvent l’amener à devoir changer de résidence principale et le contraindre à vendre le bien en cours d’acquisition avant que le crédit immobilier n’ait été complètement remboursé. Ce genre de situations a donc effectivement été prévu dans les contrats de crédit immobilier, prévoyant alors le versement d’indemnités de remboursement anticipé pouvant s’élever jusqu’à 3 % du capital restant dû, sans pouvoir excéder cependant la valeur d’un semestre d’intérêts sur le capital déjà remboursé.

Certains motifs obligeant l’emprunteur à vendre son bien avant que celui-ci n’ait terminé le remboursement de son crédit immobilier peuvent toutefois permettre au souscripteur, pour les contrats signés après le 30 juin 1999, de se voir exonéré de toute pénalité, dans la mesure où les circonstances de ce changement ne résultent pas de sa seule volonté, à l’image d’une mutation professionnelle, d’un licenciement, du décès de l’un des deux co-emprunteurs, dans le cas d’un couple s’étant vu accorder conjointement ce moyen de financement.

Ces pénalités sont, quoi qu’il en soit, négociables et restent, malgré tout, pour peu que le dossier présenté offre de bonnes garanties, assez facilement supprimables par l’établissement prêteur, dès la signature, ou après un certain délai, généralement établi au-delà de cinq années de remboursement.

Pouvant, de cette manière, être annulées sans trop de difficultés dans le cadre du déroulement normal du crédit immobilier, les indemnités de remboursement anticipé le sont, en revanche, beaucoup plus rarement lorsque cet emprunt fait l’objet d’un rachat de crédits par un établissement concurrent, formule de plus en plus sollicitée, à l’heure actuelle, permettant de regrouper l’ensemble des prêts souscrits auprès de différents organismes en un seul, donnant ainsi l’opportunité de retrouver un certain équilibre financier en n’ayant plus qu’une mensualité à régler, à un établissement financier unique.

Même si le montant de ces indemnités de remboursement anticipé n’est pas le seul critère à prendre en considération, le taux d’intérêt pratiqué apparaissant, sans doute, comme le plus important, ce coût ne doit pas, pour autant, être négligé ; et, bien que leur négociation reste possible à tout moment, celles-ci présentent, de toutes façons, dans tous les cas, de meilleures conditions pour l’emprunteur lorsqu’elles ont été discutées dès la mise en place de cet emprunt, raison pour laquelle il convient, plus que jamais, avant de prendre une décision aussi importante, de bien étudier toutes les offres qui se présentent en considérant chacune de leurs caractéristiques et en n’hésitant pas à faire jouer la concurrence, ce type de contrats engageant, en principe, son souscripteur pour une longue période.