Actualités des crédits immo
Taux des crédits immobiliers
taux fixe immobiliers hors assurance
7 ans 2.43 %
10 ans 2.84 %
15 ans 3.10 %
20 ans 3.30 %
25 ans 3.50 %
30 ans 4.00 %

Archive pour septembre 2012



Crédit immobilier : des ménages fragilisés et peu téméraires

lundi 10 septembre 2012

Acheteurs potentiels, c’est le moment d’investir ! Face à la confirmation du ralentissement du marché de l’immobilier, le montant des prêts dégringole. Selon les constatations de l’Observatoire du Crédit logement/CSA, une chute de 33,1% est estimée au cours des six premiers mois de l’année, par rapport à la même période l’an passé, avec un taux passant désormais sous la barre des 4%. Un niveau proche de celui des records d’après crise.

Pourtant, malgré ce contexte financier favorable, les ménages français ne répondent pas présents. Fragilisés par la crise économique, la baisse du pouvoir d’achat et la montée du chômage, ils sont de moins en moins enclins à investir dans la pierre. Un constat regrettable mais qui offre néanmoins, un timing idéal aux heureux propriétaires, pour tenter de renégocier leur crédit sans plus attendre.

Problème de croissance

Affaibli par la crise économique de 2007 et par la dette grecque depuis 2010, le système financier français ne parvient pas à se refaire une santé, en témoigne le récent naufrage du Crédit immobilier français sauvé in extremis par l’État. Bien entendu, ce sont les ménages qui paient, une fois de plus, les pots cassés de ce cercle vicieux : baisse du pouvoir d’achat, hausse du chômage, augmentation du prix des matières premières, flambée des tarifs à la pompe,…

Aussi, alors que près de 60% des banques ont baissé leurs taux de crédit immobilier sur toutes les durées, dont plus de 20% sur les durées de 20 ans et plus, les français boudent. Difficile pour eux d’investir dans la pierre, alors que la fin du mois est difficile à boucler, même avec un taux moyen à 3,70% sur 20 ans. L’Agence nationale de l’information sur le logement (ANIL) constate, en effet, que « ce mouvement [de baisse des taux] est sans effet sur le volume de la production de crédits ».

Tentative de renégociation

Ce retour aux planchers historiques des taux est également l’occasion pour les propriétaires établis de renégocier les crédits souscrits il y a plus de 6 mois. Face à cette baisse significative dans un laps de temps réduit, rien n’empêche effectivement de tenter d’obtenir un geste de la part de leur banque. Cependant, le plus souvent, seuls les très bons dossiers ou prêts arrivants à échéance, parviennent à obtenir un rabais.

Dans ces conditions, mieux vaut faire racheter son crédit par un établissement concurrent, pour espérer obtenir une ristourne. L’opération est simple : en s’appuyant sur ce nouvel intermédiaire, les clients peuvent espérer boucler leurs dossiers en moins de 2 mois. Néanmoins, le rachat doit intervenir avant d’avoir dépassé la moitié de la durée de l’emprunt et son capital doit être supérieur à 50 000 euros, auquel cas la démarche n’a pas d’impact. Un certain nombre de coûts sont aussi à prendre en compte.

N’oublions pas que le bonus des taux ne fait pas tout. En matière de prêt, les banques restent frileuses. Le durcissement des conditions d’octroi avec un minimum de 10% d’apport et l’assurance d’un contrat à durée indéterminée, ainsi que l’arrêt du prêt à taux zéro pour les candidats à l’ancien, sanctionnent les plus modestes acheteurs. Des facteurs révélateurs qui expliquent en grande partie, l’attentisme dans lequel est plongé le marché francilien.

Publié dans news | Les commentaires sont fermés